Voir le profil

Données de la recherche, quel partage ?

Mathieu Rouault
Mathieu Rouault
Bonjour à toutes et à tous ! Et bienvenue à toutes celles et ceux qui se sont récemment abonnés à cette newsletter. L'émission de mardi portait sur les données de la recherche. Je vous en propose une petite synthèse.
Vous pouvez soutenir la chaine en vous y abonnant, en la soutenant sur uTip ou en faisant connaître cette newsletter autour de vous.
Merci à toutes et à tous de votre soutien !

Debrief : les données de la recherche, quel partage ?
Abonnez-vous à Grand Labo ! :-)
Abonnez-vous à Grand Labo ! :-)
Après les publications, les données scientifiques publiques sont aujourd’hui au cœur de la science ouverte. En France, les plans des organismes se suivent (et se ressemblent un peu), l'ANR demande depuis 2019 que les projets qu'elle finance prévoient des plans de gestion de données, le décret sur l'intégrité scientifique de fin 2021 impose aux établissements d'assurer la bonne conservation des données, la plateforme Recherche Data Gouv doit ouvrir au printemps, etc. Bref, les choses s'accélèrent.
Précieuses données
C'est que, à l'heure de la big science et de la science ouverte, tout incite à une plus grande ouverture des données de la recherche. C'est d'abord une nécessité pour la qualité de la science elle-même, comme l'observe au début de l'émission Hugo Catherine, animateur de communautés d'expertise numérique à l'IRD : “Partager ses données, c'est renforcer la qualité des travaux scientifiques, en facilitant le travail des relecteurs et la reproductibilité des travaux”. Car, précise Jean-Michel Parret, responsable du service OPIDoR du CNRS, avec la complexification de la science, connaitre la seule méthode qui a conduit aux résultats d'une étude ne suffit plus.
Sans oublier, ajoute Alina Danciu, data manager au CDSP de Sciences Po, que partager ses données, c'est donner à d'autres la possibilité de les exploiter d'une façon qui n'était pas imaginée au moment où elles furent recueillies. D'autres chercheurs poursuivant des objectifs scientifiques différents peuvent ainsi y trouver leur compte.
Et pas seulement, complète Antoine Blanchard, consultant science ouverte à Datactivist. Des acteurs non académiques peuvent aussi utilement les exploiter. Qu'on songe, par exemple, au dispositif Covid Tracker, exemple de “médiation entre la donnée brute produite et nous, les citoyens”.
Obstacles au partage
Mais si tout semble plaider pour le partage des données de la recherche publique, cette ouverture reste encore timide, freinée par des obstacles principalement culturels et techniques.
Culturels, d'abord. Toutes les chercheuses et tous les chercheurs - notamment en SHS - n'ont pas conscience de détenir de telles “données”, qu'ils imaginent souvent réservées aux sciences comme l'informatique ou l'astronomie. Et, quand ils ont conscience d'en détenir, nombre de chercheurs ont développé un sentiment de paternité - et parfois même de propriété - à l'égard des données recueillies parfois difficilement. Ajouté à la crainte de les voir récupérées par une équipe de recherche concurrente, mais mieux mieux dotée, ce sentiment ne pousse guère à la mise en commun.
A ces obstacles s'en ajoutent d'autres, plus techniques. Pour beaucoup de chercheurs, la volonté de protéger la vie privée des personnes interviewées lors d'enquêtes, par exemple, constitue à leurs yeux un véritable obstacle. Il est pourtant possible de les anonymiser.
De même, les méta-données, si précieuses pour qualifier et classer les données elles-mêmes, sont souvent bien pauvrement renseignées, essentiellement faute de temps et d'habitude, souligne Jean-Michel Parret. Qui file la métaphore automobile : “les méta-données, c'est la carte grise ; la plaque d'immatriculation, c'est le Digital Object Identifier (DOI)”.
Mais aucun de ces obstacles, en réalité, n'est insurmontable. Comme le souligne Hugo Catherine, le temps passé au début d'un projet de recherche à concevoir, en suivant les principes FAIR, un plan de gestion de données, en fait gagner beaucoup ensuite.
Quant à la compétition internationale qui empêcheraient, aux yeux de certains, de partager ses données, c'est oublier un peu vite, comme le souligne Antoine Blanchard, toutes les collaborations internationales fructueuses qui ont été possibles grâce à la mise en commun de données.
Défis
Les défis demeurent nombreux. Quelques-uns ont été cités à la fin de l'émission, comme le nombre insuffisant de documentalistes de la donnée. Il faudrait, rappelle Jean-Michel Parret, en former bien davantage. Problème : il n'existe pas réellement de cursus de formation idoine.
Autre défi, la formation des nouvelles générations de chercheurs, qui parait essentielle. Chloee Fabre, responsable du service de diffusion et de valorisation de la production académique de l’Université Toulouse – Jean Jaurès, donne l'exemple de la formation doctorale qu'elle dirige. Dans celle-ci, les doctorants sont invités à bâtir sur trois ans - la durée de leur thèse - la gestion des données qu'ils collectent au gré de leurs travaux.
Pour beaucoup, l'un des leviers réside dans l’évaluation des chercheurs. En évaluant leur soin apporté à la conservation, à la standardisation et au partage de leurs données, elle pourrait conduire à un changement progressif des pratiques.
C'est justement le sens de l'appel de Paris sur l'évaluation de la recherche de début février, qui recommande notamment que l'évaluation récompense “non seulement les productions de la recherche, mais aussi (…) valorise (…) le partage des résultats et des méthodologies de recherche”.
📌 Lu, vu, entendu
Le 7e Rapport de l'UNESCO sur la science est sorti il y a peu. Il explore la manière dont les pays utilisent la science “pour créer un avenir intelligent, à la fois sur le plan numérique et écologique”.
Peut-on mesurer l'impact que la pandémie de Covid-19 a eu sur la confiance des citoyens dans la science, se demandent ici ces trois économistes.
De Covid-19, il est aussi beaucoup question dans un autre rapport, celui de l'Agence nationale de la recherche. Elle y dresse le bilan des 317 projets qu'elle a financé pour un montant de 47 millions d’euros.
Qu'est-ce que la science ? se demande Olivier Sartenaer, professeur en philosophie des sciences à l'Université de Namurdans dans The Conversation. Bonne question, merci de l'avoir posée.
Est-ce qu'être scientifique implique que vous soyez athée ? Non, selon la sociologue Elaine Howard Ecklund interviewée dans ce podcast (EN).
🍿 A (re)voir
Un jour avec Élisabeth Bouchaud (Théâtre de la Reine Blanche)
Un jour avec Élisabeth Bouchaud (Théâtre de la Reine Blanche)
En juillet dernier, pour le sixième épisode d’“Un Jour avec”, j'ai eu la chance de suivre à Avignon une femme de science et de théâtre formidable : Élisabeth Bouchaud, physicienne, comédienne et directrice du théâtre de la Reine Blanche à Paris. La vidéo est ici, n'hésitez pas à prendre quelques minutes pour la voir, ou la revoir.
Avez-vous aimé ce numéro ? Oui Non
Mathieu Rouault
Mathieu Rouault @grand_labo

Chaque semaine, une synthèse de l'émission du mardi, l'annonce des prochains sujets et des infos en lien avec les thèmes de Grand Labo.

Pour vous désabonner, cliquez ici.
Si on vous a fait suivre cette lettre d'information et que vous l'aimez, vous pouvez vous y abonner ici.
Created with Revue by Twitter.